mesures prises à l'égard des magasins et commerces :

  • Les magasins et commerces non-essentiels restent fermés. Seuls restent ouverts les magasins d’alimentation, les magasins de nuit, les pharmacies, les magasins d’alimentation pour animaux, les stations-service, les fournisseurs de carburant et les libraires.

 

  • L’accès aux magasins et épiceries est limité à un nombre précis de clients pour respecter la distanciation sociale (1 personne par 10m² et une présence de 30 minutes maximum).

 

  • Privilégier le paiement par carte, si possible en utilisant le paiement “sans contact”.

 

Par ailleurs, les agriculteurs, dont le travail est crucial, sont également autorisés à poursuivre leurs activités de production (Consulter le communiqué de presse du Ministre DUCARME).

mesures prises pour certains secteurs particuliers :

  • Les établissements relevant des secteurs culturel, festif, récréatif, sportif et HoReCa sont fermés (à l’exception des hôtels (hors partie restaurant) qui pourront toujours assurer le room service). Pour les restaurants et snacks, la livraison des repas et les repas à emporter sont autorisés (en veillant à appliquer les mesures de distanciation sociale).​

 

  • Les marchés de plein air sont fermés. Les échoppes de nourriture sont autorisées uniquement où elles sont indispensables.

Les informations juridiques 

Voir l'Arrêté ministériel du 23 mars 2020 portant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19. Vous y trouverez notamment un tableau détaillant les modalités qui sont d'application pour chaque secteur : commerces, entreprises, institutions publiques, etc. 

Voir la loi du 23 mars 2020 modifiant la loi du 22 décembre 2016 instaurant un droit passerelle en faveur des travailleurs indépendants et introduisant les mesures temporaires dans le cadre du COVID-19 en faveur des travailleurs indépendants.

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du COVID-19, si votre employeur n'est plus en mesure de vous occuper, il peut, moyennant le respect de certaines conditions, vous mettre en chômage temporaire et vous pouvez, en principe, bénéficier pendant cette période d'une allocation de l'ONEM moyennant l'accomplissement de certaines formalités.